René Dauen – Bilitis
En fond sonore, un extrait du CD de René Dauen à la clarinette

René Dauen

CD disponible sur demande

CDrenedauen

Article paru dans le journal DNA du 8 mars 2003

Le boeuf Stroganov de René Dauen

René Dauen dit être un « artiste contrarié ». Employé aux chèques postaux, il est aussi clarinettiste, il chante, il dirige l’orchestre Eurotop et, avec son association Artishow, il produit le quartette de Saint Petersbourg.

Il voulait depuis longtemps aller en Russie, car son père y fut incorporé de force. La rencontre avec ces quatre solides gaillards diplômés du conservatoire de Saint Petersbourg eut lieu de façon fortuite à Saint Petersbourg en 1999. René fut séduit par la qualité de leur chant. L’hiver de la même année, il leur organisa une tournée en France et en Allemagne. Anatoli Lomunov (ténor, la voix en or du quatuor), Arseni Garibian (ténor), Igor Kroushelnitski (baryton), Oleg Mitsoura (basse) proposent un répertoire vaste, allant de la musique orthodoxe et classique russe à la musique occidentale de 12e siècle à nos jours. René leur a fait enregistrer trois disques. Le dernier, enregistré lors de concerts publics au Mont Sainte Odile et à la Solni Sabor de Saint Petersbourg, marque le 300e anniversaire de la ville de Saint Petersbourg. Né de parents de Dauendorf (son papa agriculteur et facteur, jouait du bugle dans la fanfare municipale), René a grandi à Schiltigheim. Il a commencé un travail de télégraphiste en 1962 et travaille depuis 35 ans aux chèques postaux comme cadre, responsable des lettres recommandées. Il pourra, dans un mois, faire valoir ses droits à la retraite. « Je m’en réjouis, j’ai fait ce métier pour vivre. Désormais, à 55 ans, je ne ferai que ce que j’aime ».

Les fêtes dans le verger

Clarinettiste et saxophoniste, il joue depuis l’âge de 16 ans dans des orchestres de bals qu’il a souvent créés. « Au début, c’était des « Gartefeschter » (fêtes champêtres) à la campagne, avec un paysan qui nous amenait en tracteur dans un verger et hop, la fête démarrait ! » Dans les années 60, il joue dans l’orchestre « El Balalu ». Il créé l’orchestre « Jacques Léon » et l’orchestre « Dixie-Show » dans les années 70. En 1985, il fonde l’orchestre « Eurotop » avec lequel il se produit toujours. Il présente aussi des spectacles, mis sur pied par lui, qu’il anime en Monsieur Loyal, avec des artistes qu’il recrute (magicien, acrobates, jongleurs clowns, etc). Avec eux, il anime des fêtes de Noël, celle de la CUS par exemple qui se déroule chaque année au Palais de la Musique et des Congrès. C’est en animant les fêtes de Noël du Racing qu’il a également sympathisé avec Gilbert Gress qui lui proposa dans les années 80 de composer et d’enregistrer « le chant du supporter du RCS ». Pendant des années, il a restauré une maison à colombages à Vendenheim pour laquelle il a obtenu le prix de l’Association de sauvegarde de la maison alsacienne. « J’ai tout appris de moi-même : la maçonnerie, la plomberie, etc… Mais les spectacles et la production me prennent de plus en plus de temps et j’ai revendu la maison pour vivre en appartement. »

Des fresques en tuiles

Il a, à la même période, développé un art étonnant dont il a quasiment l’exclusivité : la réalisation de fresques murales faites uniquement avec des tuiles « queue de castor ». Il avait réalisé une telle fresque dans sa maison et fut sollicité pour réaliser en 1985, selon cette même technique, la fresque qui se trouve dans le hall d’accueil de l’agence commerciale des Telecom à Schiltigheim. « Germain Muller m’a félicité. Ca m’a fait plaisir. » Le quartette de Saint Petersbourg reviendra en France pour une tournée du printemps, du 9 mai au 22 juin, et pour sa tournée d’hiver, du 15 novembre au 31 décembre. « Il reste encore quelques dates libres. Il arrive que le quartette donne même des prestations gracieuses en certaines villes ou dans des villages. » Pour l’heure, René peaufine un CD qui sortira à l’automne avec ses compositions et ses interprétations. Sur ce disque figureront aussi des compositions et des arrangements d’Igor Kroushelnitski, l’un des membres du quartette. « Il est docteur en musique à l’académie de Saint Petersbourg. C’est une sacrée pointure. » Lui-même s’est inscrit à des cours de russe afin de mieux communiquer avec le quartette. En saveurs, il apprécie aussi ce plat traditionnel de la cuisine russe classique et qui est connu en Europe depuis le XVIIIe siècle.

 La recette

Stroganov est le nom donné à un apprêt de boeuf émincé, nappé de crème, garni d’oignons et de champignons. Il doit son nom à son inventeur, le comte Alexandre Stroganov, diplomate russe et dernier des comtes portant ce nom, qui se rendit célèbre comme un fin gastronome. Ingrédients pour 4 personnes : 800 g de boeuf (filet, contre filet ou rumsteck), sel et poivre, 4 oignons, 3 à 4 échalotes, 1 grosse carotte, 1 feuille de laurier, 1 branche de thym,1 dl de vin blanc, 80 g de beurre, 200 g de champignons, 1 petit verre de cognac chauffé et flambé,1,5 dl de crème fraîche épaisse, 1 c à soupe de persil haché. Coupez le boeuf en lamelles de 2,5 cm de longueur, salez et poivrez-les. Disposez-les dans un récipient avec les oignons et les échalotes hachés, la carotte épluchée et détaillée en rondelles, la feuille de laurier et le thym. Mouillez à hauteur de vin blanc. Laissez mariner pendant au moins 12 h au frais, à couvert. Egouttez et épongez les lamelles de viande. Faites réduire la marinade de moitié. Faites revenir les champignons émincés dans une poêle avec 30 g de beurre. Réservez. Dans une sauteuse, faites sauter à feu vif la viande avec 50 g de beurre. Veillez à la retourner fréquemment, arrosez-là avec le cognac préalablement chauffé et flambé. Disposez la viande dans un plat tenu au chaud. Mettez les champignons dans la sauteuse, ajoutez la marinade réduite et passée ainsi que la crème fraîche épaisse. Remuez sur feu vif pour faire épaissir la sauce, nappez la viande. Parsemez de persil ciselé et servez très chaud avec du riz pilaf, ou avec pommes frites, petits pois et concombres (comme c’est souvent le cas en Russie). L’invité apportera à titre anecdotique un champagne russe à savourer en disant « Na zdarovié » (à votre santé), en russe. Association Artishow * 03 88 26 24 36.

 Simone Morgenthaler

Cette recette peut également être consultée par minitel en composant le 3615 code DNA. Sa démonstration sera faite cette après-midi à 17 h 40 sur France 3 Alsace dans l’émission « Sür un siess ». Samedi prochain, c’est Dominique Rohmer Heitz, gériatre, médecin chef de l’établissement de soins de longue durée de l’ABRAPA « les Mésanges » à Hoenheim, et aussi vice-présidente de l’association JALMALV (Jusqu’à la mort, accompagner la vie) qui sera l’invitée de l’émission. Hubert créera pour elle des « Schniederspattle » aux foies de volaille. Son portrait réalisé par Sabine Pfeiffer et Marc Jonas sera diffusé dans « Rund um » jeudi prochain à 18h 55.